portrait vigneron : Phillip Hart

L’été dernier nous avons passé 3 jours chez Mary et Phillip Hart du domaine Ambyth à Paso Robles. Notre association avait débuté il y a deux ans, mais nous n’avions jamais eu la chance de mettre les pieds au domaine : un endroit paradisiaque où il se passe de grandes choses. Ce couple autodidacte, passionné et épicurien, a tout créé à partir de rien. De l’achat d’une colline avec propriété en 2002, ils plantent 10 cépages sur 6 hectares : c’était le début d’un long processus d’apprentissage et de découverte. Le chai, lui, fut bâti juste à cote avec une vue époustouflante. Le vignoble est très pentu et est entouré de chênes et d’oliviers. Il y a des ruches, un poulailler, une vache et des moutons.

 

Phillip est une personne extrêmement curieuse. En fait il se remet constamment en question et veut apprendre afin de faire le vin le plus pur qui soit. Bien sûr, il fait face à chaque année à plusieurs défis, mais il a la ténacité des plus grands vignerons. Avec sa femme Mary, il voyage beaucoup pour rencontrer d’autres vignerons qui cultivent le raisin avec la même philosophie. Sa démarche est donc pour nous marquée par l’humilité, la sagesse. Par ailleurs Phillip fait tout le travail seul au domaine. Et toutes les installations ont été conçues pour qu’une seule personne puisse réaliser toutes les tâches de manière autonome. Tout est fait en fonction d’une seule personne. Depuis quelques temps par contre, il a un employé à temps partiel ce qui n’est pas pour nuire à la difficulté de travailler en polyculture : Phillip fait son miel, son huile d’olive, sa bière.

Le vignoble est conduit en biodynamie, sans irrigation et en gobelet dans sa plus pure d’expression. Phillip vise un rendement de 2 tonne/acre, mais n’atteint jamais plus de 0.5, voire 1 tonne dans les années généreuses. C’est en se promenant sur le domaine que l’on comprend la dureté du travail chez les Hart : des pentes abruptes, un climat aride et un refus d’irriguer : le domaine est, semble-t-il, le seul a être 100 % «dry farming» en Californie. Le sol, pour environ deux pieds, est composé d’un mélange de terre typique du coin appelé Linne Calodo avec un sous-sol argilo-calcaire.

 

La cuverie est bâtie afin de manipuler les jus par gravite. Ici, aucun produit de synthèse, aucune transformation ni filtration ne sont faits. Les futs sont méchés au soufre mais Phillip va sans doute tenter une expérience sans méchage  sur le présent millésime. Donc, depuis 2011, plus de soufre dans les vins, même pas à la mise en bouteille. Les vins sont de plus en plus digestes, avec des dégrées d’alcool bas, et dote d’une fraicheur rare pour la région.

 

Pour cet arrivage nous avons sélections trois vins issus de grenache. En rouge, un grenache noir succulent, suave et friand et qui rappelle à juste titre certains Collioure de chez Bruno Duchene. En blanc, un grenache blanc qui a vu 24 heures de macération sur les peaux. Cela lui donne une belle ampleur sur des arômes exotiques et floraux avec une tension qui vous donnera envie de finir la bouteille à la vitesse grand V. Et pour compléter le tout, un grenache blanc amphora, issu d’une expérimentation définitivement concluante sur des élevages en amphore qu’il achète en Toscane. Dans ce cas les les vins macèrent sur les peaux pour quelques jours. Ce qu’il en résulte est un vin hors norme, une bombe, un grand vin.

 

Grenache noir 2010 :  44.60$ resto / 48.50$ particulier

Grenache blanc 2012 :  44.60$ resto / 48.50$ particulier

Grenache blanc amphora 2012 :  44.60$ resto / 48.50$ particulier

 

Tous les vins sont conditionnés en carton de 6 bouteilles.

Au plaisir,

Martin pour Glou

Publié dans Portrait vigneron / Commentaires fermés

Bar Hill gin du Vermont : nouvel arrivage

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de mettre la main sur une bouteille au premier arrivage voici votre chance.

Le gin au miel nature de Todd Hardie est de nouveau disponible en importation privée.

Écrivez-nous pour les détails !

 

juste ici le papier d’Ève Dumas dans la Presse du 20 juillet :

Bar Hill

Publié dans Aucune catégorie / Commentaires fermés

Retour sur un événement : quelques photos

La soirée vignerons avec Nicolas Vauthier et Guy Breton aux 3 Petits bouchons a été un vif succès.
De belles bouteilles, de grandes conversations, et la cuisine d’Audrey toujours aussi délicieuse.
Merci à tous et pour les amis,
quelques photos.

 

Publié dans Aucune catégorie / Commentaires fermés

3 barbus au Herman le 3 juin

 

En grande première,
trois sympathiques barbus
se sont réunis pour vous préparer une
dégustation de vin inhabituelle sur le thème de la nouveauté.
En effet,
Steve de Rezin, Philip de Vin Libre et Jack de Glou
vous invitent à un 4 à 6,5
lundi le 3 juin
dans les locaux de l’Hôtel Herman
5171 boulevard Sant-Laurent
au programme :
Campanie, Ombrie, Bourgogne, Roussillon, Espagne et Afrique du sud…
l’entrée est libre pour les professionnels et clients des agences
si vous souhaitez poursuivre
la soirée chez Herman prière de réserver au
514 278 7000
Steve, Philip et Jack
Publié dans Dégustations à venir / Commentaires fermés

Guy Breton et Nicolas Vauthier débarquent aux 3 petits bouchons !

Pour une première fois à tous les deux, Guy Breton et Nicolas Vauthier
feront la visite de Montréal sous peu.

Avec la générosité des amis aux 3 petits bouchons,
Glou vous invite à une soirée qui risque d’être tout simplement délirante.

donc :

21 mai, à partir de 18 heures

réservations requises (faites vite !)

menu à la carte et vins de nos comparses à l’honneur.

du bonheur comme il ne s’en fait plus.

 

Publié dans Dégustations à venir / Commentaires fermés

4 a 6 au Comptoir le 22 avril.

Avec le beau temps
et le printemps qui commence à se pointer le nez,
Glou a eu envie de vous préparer
une dégustation sur le thème de la nouveauté.

Des vins que vous ne connaissez sans doute pas,
donc, comme les Champagne brut nature de Christophe Mignon,
de superbes Pinot Meunier à un prix tout doux : 52 $
Aussi au programme : Cristiano Guttarolo dans les Pouilles
et Valérie Godelu à Bordeaux.

Ça se passe lundi le 22 avril au Comptoir Charcuteries
et vins, sur Saint-Laurent.

L’entrée est libre et les confirmations de
présence seront vraiment appréciées.

à lundi !

Jack, Martin et Laurence

Publié dans Dégustations à venir / Commentaires fermés

Retour sur une dégustation intime : Prieuré-Roch

Le 11 mars dernier Glou avait le plaisir d’organiser une dégustation intime avec un programme magistral.

En effet, pour marquer le coup de cet arrivage que nous attendions avec impatience, Martin avait préparé une suite de trios sur le monopole du Clos des Corvées à Nuits-St-Georges. Millésimes à partir de 1994 et suivant un parcours jusqu’à 2008… avec des jolies bouteilles pirates pour amuser et faire travailler les dégustateurs : des vins de Philippe Pacalet et de Bruno Clavelier, entre autres.

Voici avec un peu de délai quelques photos de la soirée.

Un immense merci à Claudine Sauvé qui a pris les clichés !

Publié dans Aucune catégorie / Commentaires fermés

Portrait Vigneron no 4 : Valérie Godelu

Originaire d’Alsace, Valérie a d’abord travaillé dans la finance, comme son mari, avant d’entreprendre son aventure de vigneronne. En 2002 elle réalise un rêve lié à sa passion du vin et de la dégustation en s’inscrivant au cours de viti-oeno à Beaune avec Denis. Après avoir bien cherché où s’installer, le couple (ou mieux la petite famille) achète de la vigne à Tauriac, dans le Bordelais. Depuis 2008, donc, le domaine s’est constitué à partir de 3 parcelles d’un hectare de malbec, d’un hectare de merlot et d’un hectare de cabernet.
Au tout début du projet le travail en bio était déjà évident pour elle. De parents médecins, elle se souvient de nombreuses histoires d’agriculteurs malades après avoir travaillé de manière traditionnelle avec des produits chimiques. Et puis Valérie reconnaît que sa passion du vin a vraiment évolué après avoir goûté des vins aux naturels. Elle se dit donc influencée par le non interventionnisme et parle du vin d’abord à travers les émotions. Parmi les influences sur son parcours, elle aime parler de vignerons de sa région : Paul Barre et Alain Dejean dans le Sauternais.

 

 

 

 

 

 

 

En disponibilité immédiate :

11886281 Cuvée Domaine 2010
32,20 $ en caisse de 6

11886290 En attendant Suzie 2009
40,75 $ en caisse de 6

note : les prix sont pour une bouteille, prix particulier avec taxes et commission

 

Publié dans Portrait vigneron / Commentaires fermés

Portrait vigneron no 3 : Guy Breton

P’tit Max, comme on aime le surnommer dans le Beaujolais, a repris les vignes familiales en 1987. La viticulture n’était pourtant pas dans ses plans de vie avant que Marcel Lapierre (eh oui), ne le convainque qu’il faille absolument reprendre l’héritage familial : des vieilles vignes magnifiques sur Morgon. Une fois décidé, il commence à faire du vin sous la férule de Marcel et fera aussi la rencontre de Jacques Néauport qui deviendra vite son mentor.

Premier millésime en 1988. Déjà ses vins se distinguent, surtout par la localisation des vignes qui se trouvent au nord-est sur les parcelles de St-Joseph et Grands Cras sur le terroir des Charmes : un climat plus frais et plus tardif alliant finesse et profondeur. Le style Breton c’est donc des vins de Morgon qui ont un style très bourguignon, surtout lorsqu’on a la patience d’attendre un peu les cuvées.

À la vigne, Max travaille un peu moins de 7 hectares de manière la plus respectueuse de la nature. Aucun produit de synthèses n’est utilisé. Selon la pluie et le beau temps, quelques passages de sulfate pour traiter l’oïdium, un peu de cuivre pour le mildiou, enherbement, labour… Les vendanges sont tardives, même souvent plus tard que les copains qui ont des vignes dans le coin de la Côte de py. Tous les vins sont en macération carbonique, dont la durée varie selon les cuvées. Ensuite le tout passe au vieux pressoir vertical, sans aucun ajout. Puis le vin est élevé soit en cuve époxy, soit, pour les vieilles vignes, dans des futs qui proviennent du célèbre domaine de la Romanée-Conti. Les vins verront une mini dose de so2 lors du dernier soutirage pour la mise en bouteille.

Il produit actuellement cinq cuvées : un beaujolais-villages, la Marylou (du prénom de sa fille ainée), un Morgon générique, deux cuvées de Morgon vieilles vignes, (les vieilles vignes et P’tit Max), et finalement un vin sur Régnié. Max a mis la main il y a quelques temps sur de belles vignes en Chiroubles; il s’amuse de temps en temps à en faire des magnums. Fait à noter, à partir de 2009, les très vieilles vignes de Morgon vont maintenant dans la cuvée P’tit Max…dont certaines ont plus de 100 ans (voir la photo).

 

 

 

 

 

 

 

En disponibilité immédiate :

11886556      Ptit Max 2010, Morgon AOC
35.50$/12

11886564      Morgon Vieilles Vignes 2011, Morgon AOC
32.85$/12

Note : les prix sont pour une bouteille avec taxes et commission

Publié dans Portrait vigneron / Commentaires fermés

Premier arrivage des vins de Dominique Andiran

Juste avant la présentation du Salon de la Raspipav à Montréal, nous avons eu de recevoir enfin les vins de Dominique Andiran.
Dominique est vigneron à Montréal dans le Gers depuis 1988. Après avoir été moniteur de voile et de ski, il bosse d’abord dans la vigne
avec son oncle. Après un viti-oeno et des réactions sévères aux produits chimiques il passe en bio en 1999. Aujourd’hui son domaine compte
18 hectares (dont 10 en fermage) et il nous envoie de magnifiques blancs issus de cépages locaux ainsi que la cuvée Magnus en rouge,
un vin composé de tannat, de cabernet et de merlot avec une grande fraîcheur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En disponibilité :

Vain de Ru bl 2010 : 18 $ prix resto et 19,50 $ prix particulier
Soyeux blanc 2009 :  24,95 $ prix resto et 27,60 $ prix particulier
Magnus rg 2010 : 20,20 $ prix resto et 22,10 $ prix particulier

Publié dans Aucune catégorie / Commentaires fermés
  • Deviens Glouer

  • LE JUS DE LA SEMAINE

    LORENZO CORINO

    ACHILLE 2007

    45,81 $ caisse de 6